Planning association La Rencontre

Posted in Non classé | Leave a comment

Planning mai 2017

Posted in Agenda, Non classé | Leave a comment

témoignage de Solange

­

Je suis née à Lomé, au Togo, d’une famille Evangélique Presbytérienne du Togo.

J’ai fait mon éducation religieuse et scolaire au sein de cette église  Évangélique Presbytérienne du Togo (EEPT).

En 2006 je me suis retrouvée veuve avec mes deux filles (Victoria et Élisabeth), alors âgées de 6 et 3 ans. Je les ai élevées seules dans l’amour de Dieu. Je vivais de petits boulots, ménages, secrétariat, standard, la vie était difficile mais même si le nourriture n’était pas abondante, nous n’avons jamais manqué de rien. Malgré toutes les péripéties de ma vie, j’ai toujours eu confiance en mon Dieu.

Par curiosité, j’ai visité d’autres communautés Chrétiennes, (Baptistes, Pentecôtistes, ADD) y compris les Témoins de JEHOVA, mais je ne me suis jamais sentie chez moi et je suis toujours revenue vers mon église de départ, l’église  Évangélique Presbytérienne du Togo.

Alors que l’église décidait de créer un autre culte de 7h00 en langue française, je m’y suis sentie bien et comme si le Seigneur ne voulait plus que j’en reparte, il m’a été confié la mission de distribuer  les feuilles de chant à l’entrée de l’église.

Ensuite je me suis toujours investie dans le fonctionnement de l’église en suivant les soirées de prières et les études bibliques.

J’ai également été membre d’honneur des 3 chorales de l’église.

Puis en 2009 je fais la rencontre de Patrick, vous en connaissez déjà l’histoire, je vais donc vous en épargner à nouveau le récit.

Il est venu à plus de 15 reprises au Togo, nous nous sommes mariés et avons eu notre fille, Désirée. A partir de là, il nous a fallu penser à venir en France.

Une chose me hantait, pourrai-je trouver une Église où je pourrai méditer entendre la Parole de Dieu.

Pour moi la confiance dans l’assemblée et surtout du pasteur est la base de la spiritualité aboutie.

Après une expérience malheureuse à l’EPUdF, je ne souhaitais plus fréquenter cette église et c’est alors que nous sommes arrivés à l’Église Évangélique Libre de Dreux Vernouillet.

Hasard du calendrier ou volonté de Dieu, c’était un jour de baptême, celui de Cécile. J’ai été conquise par l’esprit du culte, la spiritualité et l’amabilité des gens. Nous avons même partagé le repas.

Je me suis retrouvée comme chez moi au Togo, comme c’était après une période de 6 mois d’hospitalisation, ça m’a fait le plus grand bien de trouver un pasteur attentionné, des membres fidèles, des cultes bien organisés dans le respect de ma spiritualité chrétienne et protestante.

Je profite de ce témoignage pour remercier aussi les membres du groupe de prières, qui m’ont particulièrement aidé à faire face à des difficultés relationnelles avec ma sœur jumelle et ma fille par leurs conseils et prières.

 

 

Posted in Témoignages | Leave a comment

témoignage de Patrick

­

Je suis né en Normandie. Quelques jours après ma naissance, j’ai été, comme le veut la coutume,  baptisé à l’église catholique du village.

Dans la continuité j’ai suivi l’éducation religieuse « le catéchisme » que j’ai plus subi que compris.

À 12 ans j’ai fait ma communion vécue comme une excellente fête familiale en étant, pour la journée, le personnage principal de cette fête où les cadeaux pleuvent. Après la communion il n’y a plus d’obligation d’aller à la messe.

Pendant une longue période, ma fréquentation de l’église se résume alors aux cérémonies familiales (Communions, Baptêmes, Mariages, Enterrements, etc…)

Voilà ce que je peux qualifier d’inexpérience spirituelle car je n’ai pas gardé un grand bénéfice de cette éducation dite : « religieuse ».

A Agon-Coutainville dans la Manche, il y avait une autre église avec une croix chrétienne. J’ai un jour posé la question : « c’est quoi cette église ? Quelle différence avec la nôtre ? » La réponse a été : « c’est pour les Protestants, ce sont des gens qui ne croient pas en la vierge Marie ». J’en suis resté là sans essayer de comprendre voire même d’entrer dans un temple pour découvrir de moi-même!!!!

 

Le temps passe la vie évolue, puis en 2009, je pars en mission professionnelle au Togo où je rencontre, furtivement, Solange. Elle me guide en ville, le dernier jour, avant de repartir vers la Côte-d’Ivoire. Nous échangeons nos numéros de téléphones et nous disons « au revoir peut-être ». Ayant une bonne relation avec un responsable du ministère des Finances Togolais, j’avais espoir de pouvoir la recommander pour qu’elle trouve un travail.

Un soir où j’étais dans ma chambre d’hôtel à Abidjan, j’ai repassé dans ma tête les moments vécus à Lomé. Je n’étais pas heureux dans ma vie. Solange était seule, veuve, avec 2 filles à élever. Était-ce un appel de Dieu ?? En tout cas j’ai pris mon téléphone et en pleine nuit j’ai appelé Solange qui était très surprise, nous avons échangé quelques mots et je peux dire que ce fut le début d’une grande et belle histoire.

Je suis ensuite rentré en France et il n’y avait pas une journée sans que je n’appelle Solange. Nous parlions de tout et surtout de Dieu qui avait une place très importante dans la vie de Solange.

J’avoue que j’étais très loin de son niveau d’amour de Dieu.

Elle m’a fait comprendre plein de choses et surtout ce qu’est la spiritualité, la foi en Dieu.

Elle a réussi à faire en très peu de temps ce qu’un homme d’église n’avait jamais réussi à faire, c’est à dire me mettre à lire la Bible.

C’est à partir de ce moment que je me suis senti comme la brebis égarée, bien loin de mon troupeau.

Tout était à refaire et Solange était une excellente enseignante.

J’ai fait énormément de déplacements professionnels au cours desquels j’ai rencontré plein de personnes. Je crois que Dieu m’a vu et a tout fait pour que cette veuve, qu’était Solange et ses orphelines puissent changer leur destin en nous réunissant.

 

En Septembre 2009, j’ai pris un billet d’avion pour aller retrouver Solange. Le lendemain j’accompagnais Solange pour assister à ma première étude biblique. Depuis ce temps, le samedi 11 mai 2013, je me suis converti en la paroisse de Nyekonapkoé à l’Église Évangélique Presbytérienne du Togo.

 

De retour en France après un temps de recherche quelque peu difficile pour trouver une église, nous avons rejoint l’Église Évangélique Libre de Dreux Vernouillet. Nous y trouvons une communauté accueillante et spirituelle. Dieu est aux commandes et il place les fidèles là où ils peuvent être utiles.

En toute modestie je citerai Matthieu 21,42 : « Jésus leur dit : N’avez-vous jamais lu dans les Ecritures : la pierre qu’ont rejetée ceux qui construisaient est devenue la pierre angulaire ; c’est l’œuvre du Seigneur, et c’est un prodige à nos yeux. »

Quand nous nous sentons rejeté quelque part, il ne faut pas oublier que Dieu voit tout et qu’en son temps il saura nous mettre là où nous avons une utilité.

Je me faisais violence pour me motiver les dimanches matins pour aller à l’église, mais depuis que nous avons découvert cette église, je dois dire que c’est avec un grand plaisir que je viens partager ces temps de prières, d’études bibliques et de cultes. J’y trouve de la spiritualité et c’est bien l’essentiel de ce que nous espérions trouver dans une église.

Je me sens maintenant ici chez moi et prêt à aider au tâches physiques et à grandir en spiritualité car vous l’avez bien compris, en ce qui me concerne, ma culture biblique et spirituelle n’en est encore qu’au stade primaire.

 

 

 

­

Posted in Témoignages | Leave a comment

méditation mai 2017

Accueillons le Christ !

Martin Lubet, pasteur de l’EELDV

«  J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger et vous m’avez accueilli; 36 j’étais nu et vous m’avez habillé; j’étais malade et vous m’avez rendu visite; j’étais en prison et vous êtes venus vers moi.’ […] ‘Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait cela à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.’ » Matthieu 25.35-40

En ces temps de repli sur soi, il est bon de nous rappeler les œuvres de la foi auxquelles Dieu nous a appelés. Dans l’esprit de chrétiens évangéliques, la grâce couvre bon nombre de fautes et c’est vrai. C’est ce sur quoi insiste par exemple l’apôtre Paul, et après lui nos éminents pères dans la foi tel Martin Luther. C’est la grâce, le bon-vouloir de Dieu qui nous sauve. Mais si nous sommes sauvés par grâce, cela ne veut pas dire, et ce passage nous le rappelle, qu’il nous faut rester impassible, indifférent devant la détresse des plus petits de nos frères.

En rencontrant ces frères qui traversent la détresse, la faim, la soif, la pauvreté, le dénuement, la maladie, la persécution, c’est le Christ, qui souffre avec eux, que nous rencontrons. En étant confronté à la situation de ces frères, nous ne devons donc pas rester insensibles, il en va de notre salut au jour du jugement comme l’évoque la suite de ce passage.

C’est là un avertissement contre le rejet, l’indifférence, le mépris ! Les uns comme les autres dans ce passage qui évoque le jour du jugement, ne savent pas quand ils ont fait le bien ou au contraire s’en sont abstenus. Prendre soin de ses « petits frères » ce n’est pas un calcul, une démarche intéressée, c’est une attitude qui témoigne de l’amour du prochain et de la confiance en Dieu. C’est une disposition qui nous invite telles les cinq vierges de la parabole des dix vierges à nous tenir prêts pour cette rencontre. L’auteur de l’épître aux hébreux exhorte d’ailleurs ainsi les croyants à demeurer attentif à ceux qui se présentent à eux : « N’oubliez pas l’hospitalité, car en l’exerçant certains ont sans le savoir logé des anges. »

Si ce passage ne dit pas clairement que cela s’adresse à l’humanité souffrante dans son ensemble (beaucoup voient dans ces « petits frères » ceux qui sont en Christ), il semble bien que dans le cœur de ceux qui sont sauvés il y ait eu assez de place pour aimer leur prochain quel qu’il soit. Et en aimant leur prochain, ils ont su aimer les plus petits de ces frères du Christ. Et ce n’est bien sûr pas dans la haine, dans le repli sur soi ou le repli identitaire, dans la méfiance et le mépris que nous pourrons vivre cette rencontre avec le Christ, mais bien dans l’accueil, l’hospitalité et la bienveillance.

Alors préparons-nous… il n’est sûrement pas loin.

 

Posted in Méditation | Leave a comment